INES

Chauffe-eau solaires

Quelques chiffres :

42 000 chauffe-eau solaires ont été installés en 2008 et 36 000 en 2009.

 

 

Qu'ils soient collectifs (CESC) ou individuels (CESI), les chauffe-eau solaires disposent
d'un appoint afin de combler tout manque d'énergie solaire. L'appoint peut être intégré
ou séparé du ballon solaire. Dans tous les
cas, la demande d'eau chaude au robinet est satisfaite. C'est un confort mais aussi une difficulté : comment détecter une anomalie de fonctionnement sur le solaire dans une telle situation ?

 

Dans un premier temps, pour qu'une installation solaire fonctionne correctement, il faut qu'elle soit conçue et installée dans les règles de l'art. C'est pourquoi les organismes financeurs ont imposé pour les CESI une charte de qualité pour les installateurs (Qualisol) et une marque pour le matériel (Ô Solaire).

 

Fin 2007, Qualit'EnR a lancé des campagnes d'audit annuelles sur les CESI afin de s'assurer de la bonne mise en œuvre. Au total, ce sont plus de 8 000 installations qui ont été visitées. En 2010, les résultats indiquent :

  • Prestation exellente dans 55,6 % des cas
  • Prestation satisfaisante dans 33,3 % des cas
  • Prestation insuffisante dans 7,8 % des cas
  • Prestation défaillante dans 3,3 % des cas

 

Ensuite, pour s'assurer du bon fonctionnement des installations dans la durée, un suivi peut être mis en place, permettant ainsi d'alléger la maintenance.

 

 

A partir de 1988, un dispositif de suivi solaire est imposé sur les grandes installations collectives (>50 m²) pour avoir le droit aux aides ADEME : la GRS (Garantie de Résultats Solaires), dont l'objectif est d'assurer au maître d'ouvrage une production énergétique solaire minimale.

En revanche, ce dispositif ne s'applique ni aux installations individuelles, ni aux petites installations collectives et il a aujourd'hui perdu son caractère obligatoire.

 

En 2007, la plateforme Formation & Evaluation de l'INES met en place le dispositif "TélésuiWeb" permettant aux maîtres d'ouvrage d'avoir un suivi de l'installation à moindre coût et ce pour les installations de toutes tailles. Cette opération est financée par les régions Rhône-Alpes et Languedoc-Roussillon, l'ADEME (dont les deux délégations régionales correspondantes) et le Conseil Général de la Savoie.


Les intérêts sont multiples :

  • Pour les maîtres d'ouvrage et/ou les entreprises de maintenance : repérage des dysfonctionnements permettant de les corriger rapidement.
  • Pour les fabricants et installateurs de matériels : meilleure connaissance du fonctionnement réel des systèmes.
  • Pour les concepteurs : amélioration possible des logiciels de calcul à travers une meilleure connaissance des consommations d'eau chaude réelles.
  • Pour la collectivité : évaluation de l'apport réel d'un échantillon d'installations solaires thermiques dans l'effort national de diminution des consommations d'énergie conventionnelle et de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

 

Vidéo de présentation du dispositif TélésuiWeb :



 

© Copyright INES, Institut National de l'Energie Solaire 2009 / Accès Extranet NOE Interactive